Mises à jour Facebook : je vote !

Le vote « Pour ou Contre la mise à jour de la Déclaration des droits et responsabilités » et les « changements de Politique d’utilisation des données », c’est simplement une consultation sur les dernières modifications des « CGU » de Facebook, comme on a l’habitude de les nommer à la française.

Avec entre autres l’introduction du journal à la place de l’ancien profil, les nouveaux ajustements sur les réglages de confidentialité, la prise de contrôle total de FB sur vos données personnelles

Page de garde de l'application de vote en ligne avec horaires des ouvertures et fermetures des urnes
Facebook Site Governance : Vote ouvert

Ces changements sont expliqués très en détails ici (et mais c’est bien moins important). Vue la taille de la page, ça fait peur, je vous le concède. Je ne sais pas pour vous, mais moi je n’ai pas une journée entière à y consacrer, et probablement pas les capacités d’imaginer non plus toutes les conséquences que pourraient avoir telles ou telles nouvelles tournures de phrase. Alors comment se faire une opinion ?

Le cœur du/des problème(s)

Pour commencer, quelques coups de molettes bien sentis sur la première page citée plus haut vous permettront d’atteindre les commentaires. Là, en quelques posts, vous aurez une liste des points qui posent vraiment problèmes. Vous trouverez aussi, en anglais désolé, quelques informations ici, dans le fief des détracteurs européens de Facebook.

Pour les vrais fainéants, en résumé, tout ce que l’on peut en conclure c’est : c’était déjà pas génial avant, maintenant ça va être encore pire.

Toute résistance est-elle futile ?

C’est Facebook lui-même qui s’est imposé ce vote, alors autant en profiter.

En effet, lorsqu’il modifie son fonctionnement des discussions peuvent être engagées pendant 7 jours par les utilisateurs aux travers des fils de commentaires. Si plus de 7000 participants réclament alors un ou plusieurs ajustement(s) particulier(s), celui(ceux)-ci est/sont soumis à un vote ouvert à tous les membres du réseau social. C’est le cas ici.

Ce vote, ce sondage, cette consultation sera considéré(e) comme « contraignant » si plus de 30% des membres actifs de Facebook y prennent part (soit probablement plus de 270 millions de votants, glurps !), et contraignant veut semble-t-il dire dans la bouche du vice-président de Facebook en charge de la communication Elliot Schrage « pris en compte impérativement » : FB devra revoir sa copie.

Où et quand voter ?

La consultation en ligne a commencé jeudi 31 mai 2012 à 16h00 GMT sur une page spéciale de Facebook accessible [Edit : page close, vote terminé] et se terminera le vendredi 8 juin à 16H00 GMT.

Les scores ce lundi 4 juin 18h30 GMT :

Résultats partiels du vote avec 22821 voix pour les nouveaux droits et 80672 voix pour conserver les anciens
Résultats partiels

soit 0.0114% de votants, on est trèèès loin des 30% d’utilisateurs, et plus de la moitié du temps est déjà écoulée.

Facebook va-t-il jouer le jeu ?

On est bien sûr en droit de se poser la question, tant l’affaire est gérée de manière opaque. Comme le montrent Internet Sans Frontières et l’E-Syndicat de Défense des droits des contributeurs en ligne, Facebook fait tout pour noyer et contrôler le sondage :

  • aucun lien proposé vers la page de vote
  • aucune publicité de la consultation de la part de FB, que ce soit dans ou en-dehors du site
  • aucune information envers les utilisateurs de FB
  • aucune surveillance des urnes et du scrutin de la part d’un organisme extérieur
  • aucun dépouillement public

Certes cela peut paraître suspect mais bon… il faut de toutes façons regarder la vérité en face : si l’on veut être mis au courant, discuter, aider à retravailler, empêcher, les modifications à venir de Facebook, il suffit de se rendre sur le fil de discussion officiel « Facebook Site Governance » et de mettre un « J’aime » dessus.

Or, comme vous pouvez le constater, il y a à peine plus de deux millions d’inscrits sur cette page… c’est triste mais c’est comme ça, les utilisateurs n’accordent pas aujourd’hui réellement d’importance à leurs données et leur vie privée. Bienvenue dans l’ère de la Télé-Réalité !

De plus, absolument rien n’obligeait Mark Zuckerberg à consulter ses clients. Ce serait vraiment s’emm*** pour pas grand chose que de faire cette consultation simplement pour finir par en manipuler les résultats.

Facebook, Internet, même combat

Je pense qu’à ce point il peut être utile de rappeler ma vision de Facebook, en particulier, et d’Internet en général : ce sont des outils, très utiles, très pratiques, et de base gratuits. Mais comme tous les outils, il faut apprendre à les manier. Il faut toujours partir du principe que tout ce que l’on met sur Internet (photos, textes, vidéos) va finir par être copié, retourné contre soi, détourné à des fins commerciales, et donc toujours prendre garde à ce que l’on publie et ce que les autres publient sur soi.

Quand je lis (dans les commentaires) encore aujourd’hui des choses comme : « Ca fait vraiment peur d’activer le journal : on se rend compte que Facebook est vraiment capable de retracer notre vie numérique à partir des données librement mises à disposition (les siennes), ou celles données par des tiers (les « amis ») » je me demande si un permis d’utilisation d’Internet ne devrait pas rapidement être imposé à toute la population qui y a potentiellement accès. Je trouve une telle naïveté de nos jours totalement affligeante.

Parce que des vies peuvent être (sont régulièrement) ruinées par une mauvaise (voulue ou pas) utilisation de ces outils. Un témoignage effrayant à lire pour ceux qui ont encore du temps.

Maxime Mullet • l’Arpenteur de l’Infosphère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *