Les meilleurs navigateurs Internet 2014 : classement popularité mai-juin

Les navigateurs Internet gratuits, il y a en a pour tous les goûts (rapides, légers, sécurisés, français) et tous les besoins. Tous les deux mois, l’Arpenteur dresse le palmarès de popularité, en détails et toutes catégories confondues (desktop, mobiles, tablettes, consoles), des meilleurs logiciels de surf à travers la France, l’Europe et le Monde, et vous aide à déterminer lequel télécharger, installer et utiliser, en toute connaissance de cause.

  • Symbole officiel du navigateur Chrome
    Chrome
  • Logo officiel du navigateur Web Internet Explorer 11
    IE11
  • Symbole officiel du navigateur Web Safari version Yosemite
    Safari
  • Symbole officiel du navigateur Internet Firefox
    Firefox
  • Symbole officiel du navigateur Internet Android Webkit, installé par défaut sur les appareils mobiles sous Android
    Android Webkit
  • Symbole officiel du navigateur Internet Opera
    Opera
  • Symbole officiel du navigateur Internet UC Browser
    UC Browser

Sommaire

  1. Le classement mondial toutes catégories des principaux navigateurs Internet
  2. Zooms semestriels
  3. Mai-Juin 2014 : le bilan

Le classement mondial toutes catégories des principaux navigateurs Internet [Sommaire]

Internet Explorer, Firefox, Safari et Chrome : sur ces 6 dernières années ils ont affiché à eux quatre pas moins de 85% des pages Web des internautes. Mais si leur hégémonie globale demeure inchangée, leurs influences relatives ne cessent d’évoluer, à mesure que ces mastodontes du Web se livrent une lutte acharnée.

Dernier gros événements en date, souvenez-vous, c’était il y a deux ans, au cours d’une période s’étendant de mai à août 2012, Chrome frappait un grand coup en ravissant la première place à Internet Explorer, mettant ainsi un terme à dix longues années de règne sans partage. Depuis, la hiérarchie n’avait plus évolué.

Cette fois, c’est au tour de la famille Safari, comprenez les navigateurs Apple pour iPad, iPhone et ordinateurs de bureau (Desktop), de frapper un grand coup en faisant sortir Firefox du podium. Alors certes, cette progression au classement général doit plus à l’affaiblissement des PdU du navigateur de la Fondation Mozilla qu’à une percée flagrante de celui d’Apple, certes… Mais quoi qu’il en soit le résultat est là, symbole de l’évolution des supports employés pour se connecter à Internet : la firme à la pomme monte sur le podium et prend la troisième place mondiale. Sacrée performance, quand on garde à l’esprit que Safari ne peut être correctement utilisé en dehors de l’écosystème Apple.

Du côté de Chrome, invariable leader incontesté de la catégorie ultime (PCs, portables, tablettes, smartphones et consoles), on ralentit nettement la cadence mais on continue de regarder la lutte de haut, de très haut même, en flirtant avec la barre des 40% de PdU. À lui seul il va finir par peser aussi lourd que toute la concurrence réunie.

Côté Internet Explorer on reste deuxième ce bimestre mais pour encore combien de temps ? Chaque jour plus mal-en-point, la faute à une version moderne IE 11 qui ne convainc pas le grand public à l’heure où les internautes quittent en masse les versions obsolètes (8, 9 et 10), le navigateur historique de Microsoft semble dorénavant promis à un avenir bien sombre.

Côté Firefox on encaisse le coup. Des indicateurs qui tournent une nouvelle fois au rouge, un podium qui s’éloigne à grande vitesse… Il est loin le temps où la première place était encore à portée.

Pas de changement notable du côté des outsiders : un Android Webkit en bonne forme mène la danse devant un Opera qui végète et un UC Browser qui comme à son habitude peine à convaincre au-delà des marchés chinois et indiens.

Remarque : ce bimestre Akamai IO ajuste ses méthodes de mesure de l’utilisation des navigateurs Internet. Résultats ? Un Chrome qui fait un bon en avant, un Internet Explorer qui s’effondre, et globalement des chiffres maintenant bien plus en ligne avec ceux des autres organismes.

Mai – Juin 2014
Classement toutes catégories confondues des navigateurs Internet dominant le marché mondial fin juin 2014, et évolution de leurs Parts d’Utilisation sur le dernier bimestre
Navigateurs StatCounter W3Counter Akamai IO
Parts (%) Variation Parts (%) Variation Parts (%) Variation
Chrome 1 38.6 + 0.3 38.0 + 0.9 36.2 + 7.5
Internet Explorer 2 16.0 – 0.9 19.0 + 1.0 17.1 – 7.0
Safari 3 13.8 + 1.1 16.0 – 1.0 19.5 + 0.4
Firefox 13.3 – 1.1 16.8 – 1.7 12.9 – 0.4
Android Webkit 7.5 + 0.6 4.1 + 0.4 9.8 + 2.5
Opera 4 4.1 + 0.1 3.2 + 0.4 1.5 – 1.1
UC Browser 2.6 = < 1.0 – 0.5

Informations complémentaires :

  • 1 la valeur indiquée pour Chrome est faite du cumul des parts d’utilisation de toutes les versions du navigateur (Chrome, Chrome Mobile).
  • 2 la valeur indiquée pour Internet Explorer prend en compte les parts d’utilisation de toutes les versions desktop du navigateur (6 à 11) ainsi que de celles de IE Mobile.
  • 3 la valeur indiquée pour Safari est faite du cumul des parts d’utilisation de tous les navigateurs du groupe Apple (Safari, iPhone, iPod).
  • 4 la valeur indiquée pour Opera prend en compte les parts d’utilisation de toutes les versions du navigateur (Opera, Opera Mini).
  • Pour des informations complètes sur le calcul des PdM/PdU selon chacun de ces organismes veuillez vous diriger vers ce billet explicatif.

Classements semestriels [Sommaire]

La guerre des navigateurs Web en France et en Europe [Sommaire]

Grand gagnant de ces dernières années, Chrome domine maintenant en Europe et en France comme partout ailleurs, et dans des proportions similaires (environ un tiers des pages Web, en progression vers la barre des 40%).

Cependant, à l’inverse complet de ce qui se produit dans le reste du monde, on retrouve ici à sa suite un Firefox qui, malgré une nette baisse de forme, conserve largement sa seconde position avec un score proche des 20% de PdU. L’Europe en général, et la France en particulier, bastions éternels de Mozilla.

Comme à son habitude Internet Explorer est clairement en recul sur tous les plans et plonge maintenant sous la barre fatidique des 20%, mettant très nettement en danger sa troisième place sur le podium.

Lancé à ses trousses, dopé sur le Vieux Continent comme ailleurs par ses versions mobiles pour iPad et iPhone, Safari manque de peu son entrée historique dans le trio de tête des navigateurs Web européens toutes catégories confondues. Certainement une question de mois, voire de semaines.

Reste deux outsiders en conditions bien différentes, avec un Android Webkit en progression sérieuse et encourageante, et un Opera à la limite de l’asphyxie.

Mai – Juin 2014
Classement européen et français toutes catégories confondues des navigateurs Internet fin juin 2014, et évolution de leurs Parts d’Utilisation sur les six derniers mois
Navigateurs Europe France
StatCounter AT Internet StatCounter AT Internet
Parts (%) Variation Parts (%) Variation Parts (%) Variation Parts (%) Variation
Chrome 39.2 + 2.2 31.6 + 1.9 37.5 + 1.4 31.4 + 1.4
Firefox 19.6 – 3.3 19.6 – 1.0 24.6 + 1.1 22.5 – 0.6
Internet Explorer 14.2 – 3.4 21.3 – 1.9 15.7 – 4.3 21.5 – 2.4
Safari 15.7 + 3.3 19.5 + 0.4 15.4 + 1.5 17.9 + 1.1
Android Webkit 7.1 + 2.0 4.7 + 0.3
Opera 2.6 – 0.3 1.0 + 0.2

Pour des informations complètes sur le calcul des PdM/PdU selon ces deux organismes veuillez vous diriger vers ce billet explicatif.

Classement semestriel : le classement mondial des navigateurs Web pour ordinateurs de bureau [Sommaire]

Si l’on s’en tient aux « ordinateurs de bureau », à nos bonnes vielles tours, le classement mondial des navigateurs Web selon leurs Parts d’Utilisation est nettement différent. Certes Chrome y domine toujours les débats, mais ici sa marge est encore plus nette avec pratiquement la moitié des pages Web ouvertes par son entremise.

En seconde position on y retrouve deux de ses trois adversaires mondiaux habituels, à savoir Firefox et Internet Explorer. En Europe, où dans certains pays comme la France il est peut-être en route pour s’accaparer la première place, c’est le renard de feu de la Fondation Mozilla qui mène très largement (d’une dizaine de points) devant l’ancêtre de la firme de Redmond. Tous continents pris en compte (merci l’Asie), c’est cependant encore IE qui devance Firefox, d’une courte poignée de PdU.

Amputé de ses versions mobiles pour iPad et iPhone, Safari est à la peine et surnage avec tout juste 5% de Parts d’Utilisation. Devenu quantité négligeable, Opera parvient tout de même encore à faire parler de lui et essaie péniblement de repasser la barre des 2% de PdU.

Mai – Juin 2014
Classement mondial, européen et français des navigateurs Internet pour ordinateurs de bureau (Desktop Browsers) fin juin 2014, et évolution de leurs Parts d’Utilisation sur les six derniers mois
Navigateurs StatCounter
Monde Europe France
Parts (%) Variation Parts (%) Variation Parts (%) Variation
Chrome 48.7 + 2.1 45.5 + 2.8 41.3 + 0.6
Firefox 19.6 – 0.7 26.8 – 0.8 30.5 + 3.1
Internet Explorer 23.0 – 1.9 18.7 – 2.2 18.8 – 4.2
Safari 4.9 + 0.1 5.3 + 0.2 7.4 + 0.2
Opera 1.4 + 0.1 2.7 = 1.1 + 0.4

Pour des informations complètes sur le calcul des PdM/PdU selon StatCounter veuillez vous diriger vers ce billet explicatif.

Mai-Juin 2014 : le bilan [Sommaire]

Il est bien rare de voir du changement de position dans les classements des meilleurs navigateurs Web. Internet Explorer a dominé le secteur des desktops pendant plus de 10 ans, Chrome survole outrageusement les débats depuis maintenant deux ans… et Safari bloque depuis des lustres sous la barre des 10% de PdU. C’est donc une petite révolution à laquelle nous avons assisté ce bimestre avec cette entrée en fanfare du navigateur d’Apple sur le podium du classement général.

Les ventes d’iPhone et d’iPad continuant de battre des records, la nouvelle donne semble partie pour durer. D’autant plus qu’IE, déjà bien à la peine dans le secteur des ordinateurs de bureau, ne perce absolument pas dans l’univers mobile —  et le rachat de Nokia ne devrait pas y changer grand chose à court terme — d’autant plus que Firefox, en dehors de ses fiefs historiques, devient chaque jour, doucement, quantité plus négligeable.

Les chiffres compilés dans cet article sont exprimés en Parts d’Utilisation (PdU). Ils mesurent le nombre de pages ouvertes/affichées, depuis différents matériels (ordinateurs de bureau, tablettes…), par l’intermédiaire de chaque navigateur.

Sont pris en compte dans ce billet les données et informations publiques fournies par Statcounter, W3Counter, Akamai IO et AT Internet (marché européen exclusivement pour ce dernier).

Maxime Mullet pour ai13.fr

Une réponse sur “Les meilleurs navigateurs Internet 2014 : classement popularité mai-juin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *