Meilleurs navigateurs Internet 2014 – Classement popularité mars-avril

Les navigateurs Internet gratuits, il y a en a pour tous les goûts (rapides, légers, sécurisés, français) et tous les besoins. Tous les deux mois, l’Arpenteur dresse le palmarès de popularité, en détails et toutes catégories confondues (desktop, mobiles, tablettes, consoles), des meilleurs logiciels de surf à travers la France, l’Europe et le Monde, et vous aide à déterminer lequel télécharger, installer et utiliser, en toute connaissance de cause.

  • Symbole officiel du navigateur Chrome
    Chrome
  • Symbole officiel du navigateur Web Safari
    Safari
  • Logo officiel du navigateur Web Internet Explorer 11
    IE11
  • Symbole officiel du navigateur Internet Firefox
    Firefox
  • Symbole officiel du navigateur Internet Android Webkit, installé par défaut sur les appareils mobiles sous Android
    Android Webkit
  • Symbole officiel du navigateur Internet Opera
    Opera
  • Symbole officiel du navigateur Internet UC Browser
    UC Browser

Sommaire

  1. Le classement mondial toutes catégories des principaux navigateurs Web
  2. Zoom semestriel : les navigateurs Web sur smartphones
  3. Avril 2014 — le bilan

Le classement mondial toutes catégories des navigateurs Web [Sommaire]

Pas de changement notable ce bimestre, on conserve les places ainsi que les tendances du début de l’année.

Vainqueur toutes catégories confondues (PC, portables, tablettes, smartphones et consoles), en PdU, avec peu ou prou un bon tiers des pages Web consultées par son entremise, le groupe Chrome reste largement en tête, et toujours plus loin devant l’ensemble de ses concurrents. Si la progression du rouleau compresseur de Google continue de s’affaiblir, il n’en reste pas moins le seul navigateur à grappiller toujours plus de points à ses concurrents. Pas près d’assister à un quelconque retournement de tendance en tête du classement.

Derrière la bataille fait par contre toujours rage entre les trois challengers, tous trois au coude à coude autour des 17/18% de PdU. Pendant que la caste Internet Explorer poursuit sa lente descente aux enfers, la communauté Firefox joue doucement du yoyo et la gamme Apple (Safari sous toutes ses formes) continue d’engranger de petits points. Les positions au palmarès mondial des uns et des autres restent encore (mais est-ce la dernière fois ?) ce bimestre-ci ce qu’elles sont depuis des lustres (à savoir IE devant un Ffx talonné par Safari), mais gageons que nous approchons de plus en plus d’une nouvelle petite révolution.

Côté outsiders on peine toujours à s’imposer. Android Webkit vacille plus qu’il ne progresse, louvoyant tant bien que mal au-dessus des 5% de PdU, mis à mal par une concurrence de plus en plus féroce et efficace dans son milieu de prédilection (les appareils mobiles), à savoir Opera (à la version Mobile toujours plus performante) et UC Browser, porté par les gigantesques marchés indiens et chinois.

Mars – Avril 2014
Classement toutes catégories confondues des navigateurs Internet dominant le marché mondial fin avril 2014, et évolution de leurs Parts d’Utilisation sur le dernier bimestre
Navigateurs StatCounter W3Counter Akamai IO
Parts (%) Variation Parts (%) Variation Parts (%) Variation
Chrome 1 38.3 + 1.8 37.1 + 0.7 28.7 + 0.2
Internet Explorer 2 17.0 – 0.9 18.0 – 1.6 24.1 – 0.7
Firefox 14.3 – 0.5 18.5 + 0.2 13.3 – 0.9
Safari 3 12.7 + 0.2 17.0 + 0.3 19.1 + 0.5
Android Webkit 6.9 – 0.2 3.7 + 0.2 7.3 – 2.1
Opera 4 4.0 – 0.3 2.8 + 0.2 2.6 + 1.0
UC Browser 2.6 = 1.4 + 1.2

Informations complémentaires :

  • 1 la valeur indiquée pour Chrome est faite du cumul des parts d’utilisation de toutes les versions du navigateur (Chrome, Chrome Mobile).
  • 2 la valeur indiquée pour Internet Explorer prend en compte les parts d’utilisation de toutes les versions desktop du navigateur (6 à 11) ainsi que de celles de IE Mobile.
  • 3 la valeur indiquée pour Safari est faite du cumul des parts d’utilisation de tous les navigateurs du groupe Apple (Safari, iPhone, iPod).
  • 4 la valeur indiquée pour Opera prend en compte les parts d’utilisation de toutes les versions du navigateur (Opera, Opera Mini).
  • Pour des informations complètes sur le calcul des PdM/PdU selon chacun de ces organismes veuillez vous diriger vers ce billet explicatif.

Classement semestriel : les navigateurs Web sur smartphones [Sommaire]

Dans le domaine spécifique des smartphones les choses sont un poil plus embrouillées, bien qu’elles se décantent de mois en mois.

Difficile par exemple de savoir qui de Safari ou d’Android Webkit détient réellement aujourd’hui la première place du marché mondial (en parts d’utilisation) tant les valeurs diffèrent d’un organisme à l’autre. Ce qui reste malgré tout certain c’est qu’à eux deux ils se partagent entre la moitié et les deux tiers du marché mondial, que d’un bout à l’autre de l’Europe les navigateurs de Apple dominent (et ce très largement), et qu’Opera Mobile s’est fait proprement éjecter, ces six derniers mois, du podium.

Un seul challenger sort dorénavant nettement du lot, s’arroge cette troisième place laissée vacante (néanmoins encore bien loin des deux leaders du marché), et semble destiné à un très bel avenir : l’inévitable Chrome. Récupérant sous sa coupe absolument tous les mécontents des autres navigateurs, bénéficiant d’une publicité omniprésente et d’une détestable manie à s’installer partout sans que l’on ait rien demandé, il affiche sur ces 6 derniers mois une progression insolente digne de la grande histoire de sa version pour ordinateurs de bureau. Souvenons-nous qu’il aura fallu à cette dernière 3 ans et demi pour devenir la numéro un mondial. Chrome pour mobiles semble lui encore mieux parti, et capable de réaliser cet exploit en un temps record. La machine à oblitérer la concurrence de Google paraît dorénavant parfaitement huilée…

Deux outsiders aux destins très différents émergent encore de la cohorte disparate de solutions de navigations pour appareils mobiles.

D’un côté nous avons un Grand Ancien à l’agonie, Opera Mobile, qui tel IE chez les desktops n’en finit plus de reculer. Pourtant très bien noté par ses utilisateurs et la presse spécialisée, navigateur testé et reconnu comme le plus léger et le plus rapide du marché dans sa version Opera Mini, il souffre (à mon humble avis) d’un manque total de publicité/visibilité auprès du grand public.

De l’autre un navigateur sino-indien, UC Browser, en lente mais sûre expansion, parti à la conquête de tous les marchés devenus aujourd’hui hostiles aux outils occidentaux. En effet, depuis les différentes affaires ayant révélé les programmes de surveillance américains l’Asie fait tout ce qu’elle peut pour se débarrasser des logiciels et matériels occidentaux, et mise tout sur le développement de ses propres programmes (qui ne seront pas plus respectueux de la vie privée de leurs utilisateurs, ne rêvons pas, c’est juste le BigBrother qui change).

Mars – Avril 2014
Classement semestriel des navigateurs Web sur smartphones et évolution de leurs Parts d’Utilisation
Navigateurs StatCounter
Monde
StatCounter
Europe
StatCounter
France
Akamai IO
Monde
Parts (%) Variation Parts (%) Variation Parts (%) Variation Parts (%) Variation
Safari 22.3 + 1.9 31.1 – 3.5 42.8 – 4.7 47.6 + 0.5
Android 25.5 – 0.2 32.2 – 2.3 25.7 – 8.8 26.4 – 6.4
Chrome 15.6 + 10.8 22.5 + 14.9 22.0 + 15.2 3.0 – 2.6
Opera 12.3 – 4.7 4.9 – 8.4 1.2 – 1.7 9.3 + 4.3
UC Browser 11.1 + 0.6 0.5 – 0.1 0.2 = 5.2 + 4.9
IE Mobile 2.4 + 0.7 3.7 + 0.5 4.9 + 1.0 2.8 + 1.5
Nokia 4.8 – 1.0 1.4 + 0.1 0.5 = 0.6 – 0.9
Blackberry 1.8 – 1.1 2.1 – 1.2 0.8 – 0.2 0.9 + 0.1
NetFront 1.9 – 0.3 0.2 = < 0.1 – 0.1 0.5 – 0.5
Firefox 0.4 = 0.7 = 0.6 = < 0.3 =

Pour des informations complètes sur le calcul des PdM/PdU selon StatCounter veuillez vous diriger vers ce billet explicatif.

Avril 2014 — le bilan [Sommaire]

Si, dans les pratiques des internautes, la part du mobile en général, et des smartphones en particulier, devient de plus en plus importante, c’est encore la navigation depuis les ordinateurs de bureau qui génère la majorité du trafic Internet — et donc qui dicte le classement général d’utilisation des navigateurs Web. Sachant qu’en plus l’être humain aime autant que possible garder ses habitudes d’un appareil à l’autre… il devient facile de conclure l’analyse des deux classements présentés ici.

Internet Explorer et Firefox : deux navigateurs présents quasi-exclusivement sur les ordinateurs de bureau, encore en position confortable mais qui peinent à trouver un second souffle en cette époque de changements de pratiques des utilisateurs. Avenir compromis tant que leurs versions mobiles ne seront pas à la hauteur de la concurrence.

Android Webkit et Opera : deux navigateurs présents quasi-exclusivement aujourd’hui sur les appareils mobiles, qui voient leurs parts d’utilisation virer nettement au rouge à mesure que les appareils mobiles gagnent en puissance et que les utilisateurs se mettent à penser que Internet c’est Chrome (comme à une époque l’utilisateur lambda confondait le Web avec le e bleu de internet explorer). Avenir compromis tout court.

UC Browser : un navigateur potentiellement présent sur tous les fronts, qui peine à apparaître en haut des classements car pour l’instant seulement réellement connu qu’en Asie. Malgré tout une force qui monte, avec le plus grand marché d’internautes au monde à sa disposition (qui plus est légèrement nationalistes).

Chrome et Safari : les grands vainqueurs de ce bimestre et promis au plus bel avenir, car capables d’être présents sur pratiquement tous les supports ayant un accès Internet (qu’ils soient installés par défaut ou qu’ils s’installent en forçant la main de l’internaute), car soutenus pas des équipes de publicitaires affûtés et omniprésents — et franchement aussi parce qu’ils sont efficaces (enfin pas plus que leurs concurrents).

Les chiffres compilés dans cet article sont exprimés en Parts de Marché (PdM) ou Parts d’Utilisation (PdU). Ils représentent le pourcentage d’internautes utilisant ledit navigateur, parfois sur une zone géographique déterminée, parfois sur un type d’appareil catégorisé, parfois sur un mélange de tout cela.

Sont pris en compte dans ce billet les données et informations publiques fournies par Statcounter, W3Counter, Akamai IO et AT Internet (marché européen exclusivement pour ce dernier).

Maxime Mullet • l’Arpenteur de l’Infosphère

2 réponses à “Meilleurs navigateurs Internet 2014 – Classement popularité mars-avril

    1. Maxime Mullet (auteur de l'article)

      Bonjour !

      Safari pour Windows n’est plus maintenu par Apple depuis mai 2012, et n’a donc pas de version spéciale pour Windows 8.1
      Pourquoi ? Pas de justification officielle, nous n’avons eu droit à l’époque qu’à des spéculations.

      La dernière version d’un Safari pour l’OS de Microsoft est la 5.1.7, et est disponible ici. Développée pour maximum Seven, elle fonctionnera certainement encore un peu si vous voulez la tester sous 8.1, mais sachant que la mode est à une nouvelle version de navigateur toutes les 4 à 6 semaines… 26 mois sans mises à jour je ne vous conseillerais pas (failles de sécurité, incompatibilité HTML5 et nouvelles technologies…).

      Sinon tous les navigateurs sont faciles à utiliser. Ils ont juste des façons de présenter les sites/favoris/onglets différentes, et des manières différentes de gérer RAM/affichage/plugins. Mon avis tout à fait subjectif est fonction du support, Opera Mini sur un smartphone pas très performant, Chrome sur les tablettes Samsung/Nexus, Firefox sur un ordinateur de bureau…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *