Les meilleurs navigateurs Internet en 2013

Les navigateurs Internet gratuits, il y a en a pour tous les goûts, tous les besoins. Tous les ans, l’Arpenteur vous dresse un bilan de popularité des meilleurs logiciels de surf à travers le Monde, pour les mobiles et les ordinateurs de bureau, dressé selon les préférences des internautes de France, d’Europe et du monde. Pour vous vous aider à déterminer quel navigateur télécharger et installer sur vos appareils, en toute connaissance de cause.

Symbole officiel représentant le navigateur Internet ChromeSymbole officiel du navigateur Internet FirefoxLogo officiel du navigateur Web Internet Explorer 11Symbole officiel du navigateur Internet SafariSymbole officiel du navigateur Internet OperaSymbole officiel du navigateur Internet Android OSP, installé par défaut sur les appareils mobiles sous AndroidSymbole officiel du navigateur Internet UC Browser

Sommaire

Remarque : Ce billet traitant de l’utilisation que font les internautes des navigateurs Internet mis gratuitement à leur disposition par les sociétés du Web, le qualificatif de « meilleur » représente ici le vote indirect que font les internautes en utilisant pour leurs pratiques quotidiennes un logiciel de navigation plutôt qu’un autre.

Desktop Browsers – 2013, année de la confirmation [Sommaire]

L’étrange automne 2013, avec son curieux, inexplicable et magistral réveil d’Internet Explorer, n’aura finalement eu aucune influence durable notable. S’il a certes eu pour conséquence un net aplanissement des tendances pour chaque navigateur en fin d’année, les courbes ont malgré tout gardé la même orientation qu’elles avaient lors des années 2011 et 2012, et la hiérarchie mondiale s’en est trouvée renforcée.

Chrome : Pas de changement de leader cette année, le navigateur de Google confirme sa place de navigateur Internet pour ordinateurs de bureau le plus utilisé par les internautes du monde entier, pour la deuxième année consécutive, avec dorénavant 44% du trafic sous sa coupe. Une progression qui, malgré un indéniable ralentissement tout au long de l’année, lui permet de distancer encore et toujours plus ses concurrents.

Internet Explorer : À nouveau le grand perdant de l’année. Malgré le rebond de cet automne, il enchaîne une troisième année consécutive de baisse et franchit – dans le mauvais sens – la barre des 25% de PdU. Le navigateur de Microsoft est dorénavant plus à la lutte pour parvenir à conserver cette deuxième place mondiale que pour repartir à l’assaut de la première.

Firefox : Troisième meilleur navigateur mondial en nombre de pages délivrées aux internautes, enchaînant lui aussi une troisième année consécutive de baisse, le navigateur de Mozilla entre maintenant dans une lutte directe avec son adversaire de toujours. Malgré un important recul sur le Vieux Continent, malgré un passage sous la barre des 20% de PdU mondiales, le toujours deuxième navigateur préféré des européens a rattrapé cette année plus de la moitié de son retard sur IE. La lutte pour la seconde place va devenir impitoyable.

Safari : Bien qu’il subisse un net ralentissement, les voyants sont toujours au vert pour le navigateur d’Apple. Une nouvelle année de lente et inexorable progression, la barre des 10% de PdU longtemps en ligne de mire mais toujours pas franchie. Les produits de la firme à la pomme croquée continuent visiblement de convaincre un public toujours plus large.

Android : À mesure que les tablettes prennent de l’importance dans la catégorie des « ordinateurs de bureau », le second navigateur de la galaxie Google, open-source et basé sur Linux, s’accapare des parts d’utilisateurs. Indubitablement une force avec laquelle il va falloir compter en 2014 avec l’avènement de l’Internet des Objets, je pense notamment aux accords signés ces derniers temps entre des firmes comme Google et NVidia d’un côté, Audi, Hyundai, Honda et General Motors de l’autre (source The Verge – en anglais).

Opera : Mourant l’an dernier, agonisant jusqu’au dernier trimestre de 2013, 2014 sera-t-il l’année de sa résurrection ? Car il est toujours là, le petit navigateur Opera, pour mon dernier bilan de l’univers des navigateurs pour ordinateurs de bureau. Boosté par une version mobile qui a su trouver son public lors de la toute fin de l’année, il me paraît aujourd’hui tout à fait armé pour prendre le virage de l’ère naissante du tout mobile.

Année 2013 – Desktop browsers
Évolution des PdU des 6 meilleurs navigateurs Internet
Navigateurs StatCounter * W3Counter * NetMarketShare *
Monde Europe France Monde Monde
Chrome +7.50 +6.07 +7.15 +4.3 -1.82
Internet Explorer -7.54 -3.88 -3.72 -5.9 +3.14
Firefox -2.94 -4.99 -5.99 -2.1 -1.47
Safari +1.22 +1.56 +1.05 +2.1 +0.58
Android +0.54 +0.71 +0.85 +0.2
Opera +0.05 -0.01 +0.12 +0.3 -0.38

* Pour StatCounter, les données affichées ici concernent les consoles, les tablettes, les ordinateurs de bureau et les portables, pas les smartphones. Pour W3Counter, elles concernent tous les types de navigation (depuis les ordinateurs de bureau comme les terminaux mobiles tels smartphone et tablettes). Pour NetMarketShare, tout est un peu flou… Reste les variations.

Mobile Browsers – 2013, année de la crispation [Sommaire]

Pas de changements de position sur le podium mondial – Android, iPhone et Opera conservent leurs places – mais des avancent qui s’effritent, des écarts qui se réduisent très fortement à mesure que les habitudes des internautes mobiles évoluent et que le marché éclate.

Android : Première année de baisse pour le protégé de Google. Mais, bien qu’il soit en recul partout, il domine encore très largement la catégorie « navigateur pour mobiles ». Attention cependant à ne pas trop se laisser grignoter son avance, sinon 2014 pourrait bien être l’année de la chute.

iPhone : Si le recul est moins net pour lui, c’est aussi la première année de baisse pour le navigateur principal de Apple. Et s’il domine encore très largement certains pays comme la France, au niveau mondial les concurrents ne sont plus qu’à une poignée de pourcents de lui ravir sa deuxième place.

Opera : Un début d’année qui a su mettre fin à une longue dégringolade, une fin d’année où tout repart à la hausse, il semble que le navigateur numéro un jusqu’à mai 2012 a enfin trouvé son second souffle. Rendez-vous compte, l’écart qui le séparait de la deuxième place début 2013 est l’écart qui le sépare maintenant de la pôle position !

Nokia : Le plus moribond. En sérieuse perte de vitesse tout au long de l’année, le rachat des terminaux mobiles par Microsoft semble l’avoir secoué (dans le bon sens). Bref sursaut ou renouveau, 2014 nous le montrera.

UC Browser : Le mieux placé. En progression régulière, mais pour l’instant bien trop faible. Probablement parce qu’il ne parvient pas à percer en dehors des deux pays qui sont à son origine (Inde et Chine).

Chrome : Le challenger qui explose. Et revoilà le blockbuster de Google, en version mobile. Né lors de l’été 2012, à peine à 1% de PdU en janvier 2013, c’est fin décembre la seule réelle progression de l’année, déjà la cinquième force de la catégorie. Combien de rangs parviendra-t-il à franchir en 2014 ?

IE Mobile et Firefox : Tout ce que l’on peut dire c’est que les versions mobile des navigateurs de Microsoft et Mozilla enchantent guère les foules…

Blackberry, iPod Touch, NetFront, Dolfin : de moins en moins visibles, en route pour l’oubli.

Année 2013 – Mobile browsers
Évolution des PdU des meilleurs navigateurs Internet pour terminaux mobiles intelligents (smartphones)
Navigateurs StatCounter
Monde
StatCounter
Europe
StatCounter
France
Android -1.65 -3.29 -5.58
iPhone -0.99 -2.20 -1.52
Opera -0.60 -1.39 +0.32
Chrome +6.59 +9.44 +8.93
UC Browser +1.58 +1.24 +0.06
IE Mobile +1.17 +1.19 +2.20
Nokia -2.32 -0.25 -0.37
Blackberry -0.22 -2.83 -0.18
iPod Touch -1.18 -1.58 -1.49
NetFront -1.27 +0.11 -0.08
Firefox -0.06 +0.17 +0.18

Pourquoi autant d’écart entre les valeurs annoncées par les différents organismes ? Pour résumer, sachez simplement que, pour établir leurs statistiques, ils utilisent tous un panel de sites, ainsi que des formules de calcul de fréquentation, très différents. Pour des informations complètes sur ce sujet, dirigez-vous directement vers les FAQ des uns et des autres (liens ci-dessous).

Pour faire simple, ce que vous devez savoir :

  • StatCounter annonce plus de 3 millions de sites leur renvoyant des données, pour plus de 17 milliards de pages vues chaque mois (FAQ Statcounter),
  • W3Counter est aux alentours de 61 000 sites pris en compte, avec pour chacun plus de 15 000 pages vues par site chaque mois (FAQ W3Counter),
  • NetMarketShare comptabilise plus de 40 000 sites, pour 160 millions de visites uniques avec pondération selon l’importance des pays (FAQ NetMarketShare).

Remarques et sources :

  • Tous les logiciels permettant de naviguer sur Internet sont pris en compte dans ces 3 classements récapitulatifs ; les navigateurs pour ordinateurs de bureau ou portables, tablettes et consoles (desktop browsers), comme les navigateurs pour terminaux mobiles intelligents (mobile browsers) style smartphones.
  • Les chiffres annoncés sont en Parts d’Utilisation, ou PdU, et représentent le pourcentage d’internautes utilisant ledit navigateur sur une zone géographique déterminée et sur un type d’appareil catégorisé (lire notamment les remarques en commentaires des tableaux).
  • Sont pris en compte dans ce billet les données publiques fournies par NetMarketShare, Statcounter, W3Counter, ainsi que l’IE6CountDown.

Maxime Mullet • l’Arpenteur de l’Infosphère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *