Classement des navigateurs Internet : novembre – décembre 2013 (par popularité)

Les navigateurs Internet gratuits, il y a en a pour tous les goûts, tous les besoins. Tous les deux mois, l’Arpenteur vous dresse un bilan de popularité des meilleurs logiciels de surf à travers la France, l’Europe et le Monde, et vous aide à déterminer lequel télécharger et installer en toute connaissance de cause.

Symbole officiel représentant le navigateur Internet ChromeSymbole officiel du navigateur Internet FirefoxLogo officiel du navigateur Web Internet Explorer 11Symbole officiel du navigateur Internet SafariSymbole officiel du navigateur Internet OperaSymbole du navigateur Internet par défaut des appareils mobiles sous Android

Sommaire

Novembre – Décembre 2013, le résumé du bimestre [Sommaire]

Lors du bilan du bimestre précédent (septembre – octobre), je qualifiais les hausses d’Internet Explorer (chez les desktop browsers) et d’Opera (chez les mobile browsers) de trop belles pour être honnêtes. Eh bien, comme prévu, cela n’a pas duré et la bulle a explosé en plein vol. Une parenthèse de courte durée dans une année aux orientations finalement bien définies.

On ne saura probablement jamais pourquoi ces deux navigateurs ont connu une telle embellie au début de l’automne 2013. Leurs recrudescences respectives, bien réelles, restent un mystère, et ce même pour les organismes de statistiques depuis lesquels je compile les données que j’expose ici : « not bot-related and appears to have been entirely legitimate […] unexpected but legitimate spikes » a reconnu StatCounter en commentaires de son tableau sur les navigateurs pour mobiles.

Toujours est-il que, pour l’un comme pour l’autre, l’éclaircie n’aura été qu’éphémère, et le retour à la réalité des plus fracassants. Fin 2013 tous les bénéfices engrangés se sont évaporés (pour la famille IE comme pour pour Opera Mobile) et les courbes ont repris les tendances d’avant cette étrange fin d’été (pour tout le monde).

Classements des navigateurs pour ordinateurs de bureau [Sommaire]

Palmarès mondial de popularité des navigateurs Internet [Sommaire]

Chrome : Et le navigateur de Google de repartir de plus belle à la hausse, pour finir l’année avec la plus importante progression du bimestre, et un score jamais atteint auparavant. La tendance s’est donc bien retournée. Les 50% de Parts d’Utilisation sont maintenant en ligne de mire, pour l’été prochain si les courbes gardent leurs fléchissements actuels. Tout simplement stupéfiant dans un marché mondial qui ne manque pas de concurrents de qualité.

Internet Explorer : La période faste aura donc été de très courte durée. Trois petits mois d’accalmie pour le navigateur de Microsoft, et l’on reprend la direction de ces quatre dernières années, à savoir une baisse nette et franche. Car quelle baisse ! Un plongeon record comme seul Internet Explorer en a le secret, le pire recul pour un bimestre depuis que ses PdU ont commencé à boire la tasse, pour au final le pire score que l’ensemble des versions de l’ancêtre ait jamais atteint. La faute à des utilisateurs sous IE8 & IE9 (les navigateurs qui avaient tiré la gamme vers le haut lors du bimestre précédent) qui, à défaut de migrer vers IE11, partent en masse vers la concurrence (la migration IE10 vers IE11 semble quant à elle se dérouler parfaitement, merci les mises à jour automatiques).

Firefox : Et le renard de Mozilla de sortir à nouveau la tête de l’eau. Alors si l’on se doute bien, si vous voulez mon avis, que cette embellie n’est due qu’à la sévère et colossale mésaventure bimestrielle du rival de toujours, et risque de n’être donc que passagère, cela doit quand même faire bien plaisir à la Fondation de Mountain View d’enchaîner pour la seconde fois en 2013 deux mois consécutifs de hausse. J’ai peut-être été un peu trop rapide en déclarant le bimestre dernier que c’en était « fini de jouer dans la cours des grands » pour lui !

Safari : Et les 10% n’auront toujours pas été atteints par le navigateur de Apple. Belle motivation, mais manque de constance sur l’année pour n’être plus qu’un outsider. Cette barre symbolique des parts à deux chiffres semble particulièrement infranchissable.

Android : Petit bout par petit bout, le champion de l’univers du mobile parvient à se faire une place dans le monde des desktops browsers. Rien qui soit capable de faire trembler les trois éternels mastodontes, mais un navigateur Internet qui continue de trouver son public. Consécration suprême en cette fin de décembre 2013, la place de cinquième navigateur mondial qu’il ravi à l’ancêtre Opera d’une très courte tête. À lui maintenant de tout faire pour la conserver…

Opera : Indépendamment des résultats fortement oscillants de sa version pour smartphone, la version bureau du navigateur parvient tant bien que mal à maintenir ses maigres PdU pour ce nouveau semestre. Pas (encore) décidé à disparaître, mais visiblement incapable de convaincre de nouveaux utilisateurs, il cède donc en cette fin d’année sa place de cinquième navigateur mondial. Mauvais signe.

Novembre – Décembre 2013
Classement des 6 navigateurs Internet dominants le Monde et évolution de leurs PdU
Navigateurs StatCounter W3Counter* NetMarketShare
Parts (%) Variation Parts (%) Variation Parts (%) Variation
Chrome 43.92 +3.48 33.7 +3.1 16.22 +0.80
Internet Explorer 23.24 -5.72 21.9 -5.9 57.94 -0.31
Firefox 18.95 +0.84 18.0 +2.0 18.35 -0.35
Safari 9.14 +0.60 16.9 +3.8 5.82 -0.02
Android 1.13 +0.23 3.4 +0.7
Opera 1.31 +0.11 2.8 +0.5 1.33 -0.09

* Pour StatCounter, les données affichées ici concernent les consoles, les tablettes, les ordinateurs de bureau et les portables, pas les smartphones. Pour W3Counter, elles concernent tous les types de navigation (depuis les ordinateurs de bureau comme les terminaux mobiles tels smartphone et tablettes). Pour NetMarketShare, tout est un peu flou… Reste les variations.

Palmarès de popularité européens et français des navigateurs Internet[Sommaire]

À progression faramineuse, dégringolade cataclysmique. Le bimestre précédent, IE8 et 9 étaient à l’origine de l’inflation suspecte des Parts d’utilisation d’Internet Explorer au niveau du continent européen. Les voilà maintenant à l’origine de la plongée vertigineuse du navigateur de Microsoft au cours de ce dernier bimestre 2013. Perdant tous deux, en une poignée de semaines, entre 25 et 35% de PdU, ils entraînent à leur suite toute la famille Internet Explorer et ramènent le navigateur en troisième position, derrière Firefox.

Si le navigateur a encore ses fidèles – IE11 voit son utilisation progresser d’autant qu’IE10 voit s’effriter la sienne, merci le passage (il était temps !) à la mise à jour automatisée – cette fin d’année laisse peu d’espoir à un Microsoft qui a toujours fait montre d’une incapacité totale à redresser dans l’urgence une situation délicate. Avec son rythme de sortie d’une version par an, contre une toutes les six semaines pour Chrome, une toutes les six et peut-être bientôt neuf semaines (suite à la demande pressante des entreprises qui ne parviennent pas à suivre la cadence) pour Firefox, IE fait aujourd’hui figure de véritable dinosaure du Web. Un navigateur certes performant à l’instant où il est mis à la disposition du public, mais à l’évolution tellement lente qu’il en devient rapidement inadapté pour gérer un Internet en mutation permanente.

Au niveau de la concurrence, on se partage simplement les copieuses PdU abandonnées par IE. Chrome en profite pour prendre une avance confortable et s’installer aux alentours des 40%, Firefox n’est pas en reste et capte dorénavant un quart du marché des internautes, Safari en profite pour repasser la barre des 10% en France et venir flirter pour la première fois avec les 11% de PdU.

Du côté des outsiders, à noter qu’Android progresse à nouveau légèrement plus vite qu’Opera, et est donc en passe ici aussi de s’installer fermement devant ce dernier.

Novembre – Décembre 2013
Classement des 6 navigateurs Internet dominants l’Europe et évolution de leurs PdU
Navigateurs Europe – StatCounter France – StatCounter
Parts (%) Variation Parts (%) Variation
Chrome 40.23 +3.39 38.46 +5.97
Firefox 25.67 +1.20 25.61 +2.91
Internet Explorer 19.37 -5.57 21.48 -11.42
Safari 9.55 +0.49 10.82 +1.61
Opera 2.53 +0.20 0.72 +0.06
Android 1.26 +0.24 1.65 +0.47

Classement des navigateurs pour mobiles [Sommaire]

Et à l’instar d’IE dans le domaine des desktop browsers, Opera se ramasse copieusement ce bimestre dans la catégorie mobile browsers. Au niveau mondial, on assiste donc à un retour aux scores de la fin de l’été pour presque tout le monde.

Le trio de tête reprend son ordre de bataille habituel, avec Android pour mener la course d’un continent à l’autre, avec Safari pour iPhone comme challenger (ou parfois même comme meneur comme c’est le cas dans de nombreux pays d’Occident), et avec le tenace Opera pour fermer la marche.

Du côté des challengers qui ont la côte, le sino-indien UC Browser garde la forme. Soutenu par des scores impressionnants en Asie (40% de PdU en Chine, 30% en Inde, 25% au Pakistan) et au Moyen-Orient (où il tourne le plus souvent aux environs de 15%), il peine cependant toujours autant à percer ailleurs sur la planète. À l’autre bout de l’univers du Web mobile, le Chrome de Google, dans les traces de son grand frère du monde des desktops browsers, s’infiltre un peu partout et beaucoup en Occident.

Du côté des outsiders en mal de reconnaissance, on retrouve entre autres Nokia qui, en cette fin d’année, limite les dégâts et repart de manière notable à la hausse. Un effet positif du rachat de sa division « terminaux mobiles » par Microsoft peut-être. L’IE Mobile de Microsoft est d’ailleurs un peu dans la même position, présent de-ci de-là sans enthousiasmer les foules. Plus sombre est par contre l’avenir pour le Blackberry, avec une maison mère en pleine restructuration et les annonces d’abandon de la lutte dans la galaxie des smartphones et le recentrage des activités sur le service aux entreprises exclusivement (BlackBerry va cesser d’adresser directement le grand public).

Reste le micronavigateur japonais NetFront, le second navigateur d’Apple iPod Touch, et Firefox aux progressions microscopiques ce bimestre malgré le délestage massif des PdU d’Opera. Il va être bien difficile pour chacun d’eux de survivre à l’année 2014.

Novembre – Décembre 2013
Classement des navigateurs Internet sur terminaux mobiles intelligents (smartphones) et évolution de leurs PdU
Navigateurs StatCounter
Monde
StatCounter
Europe
StatCounter
France
Parts (%) Variation Parts (%) Variation Parts (%) Variation
Android 26.63 +1.01 35.54 +1.07 33.31 -1.16
iPhone 19.65 +0.47 33.02 = 43.41 -1.26
Opera 16.34 -7.69 5.87 -7.42 1.85 -0.99
Chrome 7.36 2.59 10.89 +3.32 10.18 +3.33
UC Browser 11.78 +1.33 1.57 +0.97 0.18 +0.03
IE Mobile 2.06 +0.35 3.70 +0.47 4.40 +0.49
Nokia 6.76 +0.92 1.97 +0.67 0.55 =
Blackberry 3.03 +0.16 3.75 +0.47 0.82 -0.10
iPod Touch 1.35 +0.23 1.74 +0.12 2.84 +0.01
NetFront 2.43 +0.25 0.37 +0.21 0.14 +0.03
Firefox 0.38 +0.02 0.66 +0.03 0.68 +0.01

Pourquoi autant d’écart entre les valeurs annoncées par les différents organismes que vous pouvez suivre sur mes billets ? Pour résumer, sachez simplement que, pour établir leurs statistiques, ils utilisent tous un panel de sites, ainsi que des formules de calcul de fréquentation, très différents. Pour des informations complètes sur ce sujet, dirigez-vous directement vers les FAQ des uns et des autres (liens ci-dessous).

Pour faire simple, ce que vous devez savoir :

  • StatCounter annonce plus de 3 millions de sites leur renvoyant des données, pour plus de 17 milliards de pages vues chaque mois (FAQ Statcounter),
  • W3Counter est aux alentours de 61 000 sites pris en compte, avec pour chacun plus de 15 000 pages vues par site chaque mois (FAQ W3Counter),
  • NetMarketShare comptabilise plus de 40 000 sites, pour 160 millions de visites uniques avec pondération selon l’importance des pays (FAQ NetMarketShare).

Remarques et sources :

  • Tous les logiciels permettant de naviguer sur Internet sont pris en compte dans ces 3 classements récapitulatifs ; les navigateurs pour ordinateurs de bureau ou portables, tablettes et consoles (desktop browsers), comme les navigateurs pour terminaux mobiles intelligents (mobile browsers) style smartphones.
  • Les chiffres annoncés sont en Parts d’Utilisation, ou PdU, et représentent le pourcentage d’internautes utilisant ledit navigateur sur une zone géographique déterminée et sur un type d’appareil catégorisé (lire notamment les remarques en commentaires des tableaux).
  • Sont pris en compte dans ce billet les données publiques fournies par NetMarketShare, Statcounter, W3Counter, ainsi que l’IE6CountDown.

Maxime Mullet • l’Arpenteur de l’Infosphère

Une réponse sur “Classement des navigateurs Internet : novembre – décembre 2013 (par popularité)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *