Classement des navigateurs Internet : septembre – octobre 2013 (popularité)

Les navigateurs Internet gratuits, il y a en a pour tous les goûts, tous les besoins. Tous les deux mois, l’Arpenteur de l’Infosphère vous dresse un bilan de popularité des meilleurs logiciels de surf à travers la France, l’Europe et le Monde, et vous aide à déterminer lequel télécharger et installer en toute connaissance de cause.

Symbole officiel représentant le navigateur Internet ChromeSymbole officiel du navigateur Internet FirefoxLogo officiel du navigateur Web Internet Explorer 11Symbole officiel du navigateur Internet SafariSymbole officiel du navigateur Internet OperaSymbole du navigateur Internet par défaut des appareils mobiles sous Android

Sommaire

Septembre – Octobre 2013, le résumé du bimestre [Sommaire]

Un bimestre marqué par des résultats à tout le moins surprenants et inattendus. Deux navigateurs, Internet Explorer pour les ordinateurs de bureau (desktop browsers) et Opera pour les terminaux mobiles intelligents (mobile browsers), qui affichent des progressions très (trop) importants (pour êtres honnêtes et durables) et qui chamboulent les classements, masquent les évolutions et dévoient les conclusions que l’on pourrait en tirer.

Tout au plus pouvons-nous affirmer que Google continue de dominer le monde, que ce soit au travers de Chrome (desktop et mobile), ou au travers de sa participation dans Android. Que la concurrence se cherche toujours, progressant pour certains, reculant pour d’autres, sans qu’aucun dans aucune catégorie ne soit proche de lui faire sérieusement de l’ombre.

Classements des navigateurs pour ordinateurs de bureau [Sommaire]

Palmarès mondial de popularité [Sommaire]

Chrome : Trois mois de baisse continue, voilà une première pour le navigateur de la Silicon Valley ! Du jamais vu depuis… sa mise sur le marché, rien de moins. Surprenant. Déroutant. À la limite incohérent. Les raisons de ce désamour subit ? Rien de solide, tout au plus des conjectures. Retour de flamme de l’affaire PRISM ? Microsoft étant le seul à profiter de l’événement, ce serait à en pleurer de rire. Puis les dates ne collent pas. Non, des tests en vue de la sortie de Windows 8.1, des upgrades massifs de Windows XP ? Possible (pour des questions de sécurité par exemple). Est-ce, selon moi, une tendance partie pour durer ? Sûrement pas.

Internet Explorer : Période donc faste pour Microsoft, plus de 3% de progression mondiale en moyenne. Des indicateurs qui virent au vert d’un bout à l’autre des continents. Un navigateur qui, toutes versions cumulées, récupère ses PdU du mois d’avril. Une bouffée d’oxygène que la firme de Redmond va certainement savourer, après 4 ans de pertes quasi continues. Reste maintenant à convaincre les internautes avec l’entrée dans l’arène de Internet Explorer 11, la version aux parts d’utilisateurs encore infinitésimales. Car voyez-vous, ces étranges bons chiffres ne sont pas dus à un engouement exceptionnel pour la toute dernière mouture de l’ancêtre des navigateurs modernes. Non, on constate simplement, début octobre et dans la plupart des pays à fort traffic sur la toile, une explosion de l’utilisation d’Internet Explorer dans ses versions 8 et 9. Pourquoi elles en particulier ? Mystère.

Firefox : Finies les oscillations autour des 20% de PdU. Requinqué par un été des plus resplendissants, le renard de Mozilla repart… à la chute (libre), hé oui, Firefox creuse ses pertes. Trois ans de baisse continue ou presque, il se retrouve maintenant perdu à mi-chemin entre la deuxième et la quatrième place, rien à craindre de derrière, rien à espérer de devant, fini de jouer dans la cours des grands.

Safari : On campe encore et toujours sur ses positions. Si cela reste au bout du compte une bonne performance, contrairement à ce que j’ai pu écrire plus tôt dans l’année les 10% de pages Web affichées par les navigateurs d’Apple ne seront probablement pas atteintes en 2013.

Opera : On joue le maintien. Les excellents résultats du navigateur dans le milieu des terminaux mobiles (voir le dernier chapitre de ce billet) vont-ils entrainer un sursaut chez les utilisateurs d’ordinateurs fixes ? Suspense !!!

Android (navigateur natif) : Stable, talonne Opera sans pouvoir lui faire de l’ombre.

Septembre – Octobre 2013
Classement des 6 navigateurs Internet dominants le Monde et évolution de leurs PdU
Navigateurs StatCounter W3Counter (*) NetMarketShare
Parts (%) Variation Parts (%) Variation Parts (%) Variation
Chrome 40.44 -2.34 30.6 -1.0 15.42 -0.58
Internet Explorer 28.96 +3.41 27.8 +3.9 58.22 +0.62
Firefox 18.11 -1.14 16.0 -1.8 18.70 -0.18
Safari 8.54 -0.03 13.1 -1.1 5.84 +0.25
Opera 1.20 +0.04 2.3 -0.1 1.42 -0.11
Android (natif) 0.90 -0.04 2.7 =

(*) Depuis juillet 2012, W3Counter ne sépare plus, dans ses résultats gratuits grand public, les internautes utilisant leur navigateur depuis un ordinateur de bureau de ceux l’utilisant depuis un terminal mobile (smartphone, tablette). Conséquence, la valeur annoncée ne peut donc plus être directement comparée à celle donnée par les autres organismes. Reste la variation…

Palmarès de popularité européens et français [Sommaire]

Finie la régularité, bienvenue dans les montagnes russes. Comme je le disais plus haut, au niveau mondial il s’est passé un « truc » avec les vieilles version d’Internet Explorer. Du coup, le navigateur de Microsoft affiche des résultats en progression faramineuse sur le Vieux Continent.

Rendez-vous compte : en seulement deux mois, +4% pour IE8 & IE9 au Royaume-Uni, +5% pour IE8 et +2% pour IE9 en Allemagne, +4% pour IE8 et +2% pour IE9 en France… du grand n’importe quoi. Si l’on ajoute cela à la progression plus « habituelle » de IE10, on se retrouve avec un Internet Explorer qui gagne plus de 3% en moyenne en Europe – scénario au passage en ligne avec le reste du monde – et carrément plus de 8% en France. Plus que Chrome sur toute l’année 2012. Et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d’alu.

Du coup, comment interpréter le reste des résultats ? Nous pouvons juste constater que la fulgurante récupération d’Internet Explorer lui permet de reprendre la seconde place de navigateur européen à Firefox, la première place à Chrome en France. Et que les trois autres navigateurs, Safari, Opera et Android, n’ont pas vu leurs parts d’utilisateurs bouger d’un iota ces deux derniers moi.

Septembre – Octobre 2013
Classement des 6 navigateurs Internet dominants l’Europe et évolution de leurs PdU
Navigateurs Europe – StatCounter France – StatCounter
Parts (%) Variation Parts (%) Variation
Chrome 36.84 -1.62 32.49 -4.43
Internet Explorer 24.94 +3.18 32.90 +8.07
Firefox 24.47 -1.58 22.70 -2.99
Safari 9.06 -0.03 9.21 -0.42
Opera 2.33 +0.02 0.66 +0.01
Android (natif) 1.02 +0.24 1.18 +0.47

Classement des navigateurs pour mobiles [Sommaire]

À l’instar d’IE dans le domaine des desktop browsers, Opera engrange d’excellentissimes résultats ce bimestre dans la catégorie mobile browsers (+8% au niveau mondial, +7.5% au niveau européen). Bonds en avant aussi éphémères selon moi pour l’un que pour l’autre, qui lui permettent malgré tout d’apparaître pendant quelques semaines comme la deuxième puissance mondiale en matière de navigateur pour terminaux mobiles, derrière Android. Android qui, en passant, enregistre des reculs records – l’un ne peut pas aller sans l’autre le gâteau n’est pas extensible – mais domine toujours et avec une confortable avance (qui se réduit donc).

Seul autre navigateur à être dans le vert, l’incontournable Chrome de Google. Déjà troisième force en France, quatrième européenne, il lui reste cependant encore à s’affirmer au niveau mondial où il apparaît très discret face à la concurrence.

Numéro un en France et numéro deux européen (troisième mondial), le Safari pour iPhone encaisse lui aussi un net recul, tout comme la version du navigateur pour iPod Touch – qui elle frôle maintenant la disparition pure et simple. Disparition qui guettent de plus en plus Nokia et Blackberry, et pour ce dernier l’actualité ne va vraiment pas aider (effondrement boursier et revente échouée pour Blackberry)

Dans ce brouhaha chaotique restent IE Mobile, le micronavigateur japonais NetFront et surtout le sino-indien UC Browser, toujours quatrième navigateur mondial pour terminaux intelligents. Tous trois, s’ils ne progressent pas ce bimestre, parviennent à conserver leurs PdU.

Les renversements de tendances continuent, s’amplifient, le domaine des mobile browsers se cherche et se reconstruit.

Septembre – Octobre 2013
Classement des navigateurs Internet sur terminaux intelligents (smartphones, tablettes, …) et évolution de leurs PdU
Navigateurs StatCounter
Monde
StatCounter
Europe
StatCounter
France
Parts (%) Variation Parts (%) Variation Parts (%) Variation
Android (natif) 25.62 -3.00 34.47 -4.05 34.47 -1.99
iPhone (Apple) 19.18 -2.14 33.02 -2.61 44.67 +0.51
Opera 24.03 +7.93 13.29 +7.55 2.84 +1.66
Chrome 4.77 +0.52 7.57 +1.00 6.85 +1.69
UC Browser (Chine) 10.45 -0.70 0.60 -0.13 0.15 +0.01
IE Mobile 1.71 +0.08 3.23 -0.04 3.91 +0.39
Nokia 5.84 -1.20 1.30 -0.33 0.55 -0.06
Blackberry 2.87 -0.30 3.28 -0.30 0.92 -0.07
iPod Touch (Apple) 1.12 -0.83 1.62 -0.88 2.83 -1.25
NetFront 2.18 -0.10 0.16 -0.02 0.11 +0.01
Firefox 0.36 -0.02 0.63 +0.02 0.67 +0.03

Pourquoi autant d’écart entre les valeurs annoncées par les différents organismes que vous pouvez suivre sur mes billets ? Pour résumer, sachez simplement que, pour établir leurs statistiques, ils utilisent tous un panel de sites, ainsi que des formules de calcul de fréquentation, très différents. Pour des informations complètes sur ce sujet, dirigez-vous directement vers les FAQ des uns et des autres (liens ci-dessous).

Pour faire simple, ce que vous devez savoir :

  • StatCounter annonce plus de 3 millions de sites leur renvoyant des données, pour plus de 17 milliards de pages vues chaque mois (FAQ Statcounter),
  • W3Counter est aux alentours de 61 000 sites pris en compte, avec pour chacun plus de 15 000 pages vues par site chaque mois (FAQ W3Counter),
  • NetMarketShare comptabilise plus de 40 000 sites, pour 160 millions de visites uniques avec pondération selon l’importance des pays (FAQ NetMarketShare).

Remarques et sources :

  • Tous les logiciels permettant de naviguer sur Internet sont pris en compte dans ces 3 classements récapitulatifs ; les navigateurs pour ordinateurs de bureau ou portables (desktop browsers), comme les navigateurs pour terminaux mobiles intelligents (mobile browsers) style smartphones, tablettes, consoles, etc.
  • Les chiffres annoncés sont en Parts d’Utilisation, ou PdU, et représentent le pourcentage d’internautes utilisant ledit navigateur sur une zone géographique déterminée et sur un type d’appareil catégorisé (lire notamment les remarques en commentaires des tableaux).
  • Sont pris en compte dans ce billet les données publiques fournies par NetMarketShare, Statcounter, W3Counter, ainsi que l’IE6CountDown.

Maxime Mullet • l’Arpenteur de l’Infosphère

2 réponses à “Classement des navigateurs Internet : septembre – octobre 2013 (popularité)

  1. Blogus

    Manque tous les utilisateurs de Firefox qui ont bloqué les sites de mesures d’audience via les filtres adblock ou ghostery et compagnie.
    …sans doute la majorité de geeks !

    1. Maxime Mullet (auteur de l'article)

      Ces Plugins existent aussi pour Chrome et même pour IE. Après oui il est possible que les utilisateurs de Firefox en soient les plus gros consommateurs, devant ceux de Chrome, eux-mêmes loin devant ceux de Internet Explorer, et il y a bien par exemple un pic d’utilisateurs de AdBlock Edge fin septembre dans les stats de Mozilla (source Stats ABE 90j).
      Sinon perso je ne pense pas que bloquer ce genre de stats soit une bonne idée. On a plutôt besoin de savoir ce qu’utilisent les internautes, et ça ne fait de mal à personne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *